Vous pouvez obtenir un prêt sans passer par une banque. C’est devenu une formule appréciée auprès d’une frange de la population. Il est un recours pour les personnes inscrites dans la FICP de la Banque de France pour incidence bancaire.
Un particulier emprunte de l’argent auprès d’un particulier. Le système appelé crédit social ou crédit communautaire se fait adopter.
Cette formule a pris racine auprès des ménages à revenus modestes. Elle est un succédané aux emprunts familiaux qui se reposent sur les liens de parenté.

L’utilisation du crédit entre particuliers

Le crédit entre particulier fonctionne sur la base de confiance et de rentabilité. Il s‘adresse surtout aux personnes qui sont socialement mais temporairement fragiles à cause de la perte d’un emploi, d’un métier intérimaire et qui ne permet pas l’accès au circuit bancaire classique.
La formule permet de bénéficier d’un petit crédit ne dépassant pas généralement 2000 euros. Et parfois, il requiert le cautionnement moral ou financier d’une troisième personne.
L’emprunteur lance en ligne une demande d’emprunt en bien mentionnant son identité, son adresse, les justificatifs de ressources et la destination du fonds demandé.
Le prêteur étudie son dossier. Il peut lui demander des renseignements complémentaires. Les deux parties discutent des conditions de remboursement et du taux qui peut varier de 1% à 20%. Un contrat de prêt sera établi entre les deux parties si un accord est trouvé.
Une reconnaissance de dette est rédigée et validée ensemble pour le prêt entre particuliers supérieur à 1500 euros. Ce document est utilisé en cas de litige auprès du tribunal.

Un prêt réglementé*

Cette opération peut se faire à travers de certains organismes spécialisés qui disposent, à cet effet, d’un site spécialisé qui parfois aiguillonne le demandeur vers d’autres prêts comme le crowdfunding ou crédit participatif
La transaction est délicate car elle n’écarte pas les abus. Le crédit communautaire est régi par la loi suivant les principes qui régissent les contrats de crédit. Les remboursements de prêt supérieur à 760 euros sont soumis aux règles de la déclaration fiscale obligatoire dans laquelle figurent les modalités de remboursement.
Il est surtout recommandé aux deux parties de se soumettre aux formalités fiscales. L’emprunteur est tenu de déclarer auprès du service des impôts l’existence du prêt, le taux et les intérêts. Le prêteur doit inscrire dans sa déclaration de revenu annuel les intérêts perçus dans cet emprunt.